Sainte Marie, l’ensorceleuse

Trapèze des Mascareignes, article Sainte Marie, l'ensorceleuse
0
Divers

Un paradis restée figée dans le passé …

l’île aux pirates

Trapèze des Mascareignes, article Sainte Marie, l'ensorceleuse

L’ile Sainte Marie est souvent citée dans les histoires de pirateries de l’océan indien.

On raconte que l’ile regorge de trésors cachés par les pirates. La plus récente découverte était en 2015. Un lingot de 50kg d’argent caché par le pirate William Kidd a été remonté des eaux par un explorateur américain, Barry Clifford .

Une arrivé de touriste ou d’aventurier

Pour arriver à Sainte Marie il faut s’armer de patience !

Soit, vous êtes chanceux et vous arriverez directement de la réunion ou d’une autre ville malgache à l’aéroport de Sainte Marie. Un aéroport tropical ou le décor dès l’atterrissage est grandiose !

Soit, vous aimez l’aventure comme moi, ou que vous êtes un peu restreint niveau budget alors vous prenez les transports en commun ! Une vraie aventure !

A l’aventure

Pour l’aventurier, tout commence à Tamatave la grande ville côtière, portuaire de l’ouest malgache.

Départ de l’hôtel en minibus à 4h du matin pour arpenter une bonne partie de l’ouest au travers des routes de l’impossible qui desservent de nombreux petits villages authentiques. 4h de route si elle n’est pas trop mauvaise. Et c’est sans vous parler de la promiscuité, serrés dans ce bus.

Ensuite on prend le bateau pour 2h de traversée. Plusieurs compagnies font le voyage.

Arrivée à Sainte Marie, cette ville portuaire, vous met directement dans une ambiance pittoresque dont on sent la chaleur de cette petite île.

Un petit coin adorable. Il y a des restaurants, des commerces, banques, prestataire touristique… Nous sommes a Ambodifotaka capitale de l’île.

Nous partons ensuite vers notre hôtel, 45 minutes de route. Nous constatons alors qu’il y a très peu de voitures sur l’île et beaucoup de vélos ! il y a même des vélos taxis appelés cyclo-pousse en référence au pousse-pousse.

Le trajet m’émerveille tant la beauté de la nature est généreuse et luxuriante. On roule sur un littoral de décors de carte postale. Waaaouuh !

On traverse des villages et à ce moment, on se sent comme télétransporté en 1940.

Nous y avons passé une semaine où chaque jour nous offrait son lot d’émerveillements.

Ce ne sont pas les hôtels qui manquent sur cette île car en période de baleine c’est un excellent spot d’observation.

Il y a très peu de criminalité sur cette île.

Les plages sont paradisiaques et les légendes qui y planent, mélangées aux croyances animistes feront de votre séjour une vraie découverte.

Le calme régnant et la paisibilité de de l’île est presque irréelle. Même la capitale reste calme comparée à Nosy bé autre île malgache de la Côte Est.

Pirates des Mascareignes

Revenons aux histoires de Jack Sparrow !

Ne quittez pas cette île sans avoir visité le cimetière des pirates et écouté les histoires et les légendes des guides ! un vrai régal !!!!

La piraterie est aussi un fonds de commerce sur l’île. Un clin d’œil aux pirates se trouve sur presque toutes les attrape-touristes.

Les moins de cette expérience

Le bémol de cette destination est sans aucun doute son insularité qui la rend dépendante des importations de la grande île. Cette insularité fait augmenter le coût de la vie.

De plus l’île ne vit que du tourisme. Ce qui la rend fragile. Lorsque la période de forte affluence touristique est terminée, plusieurs établissements ferment leurs portes et ré-ouvrent au retour des touristes. Période touristique : mai – janvier / période creuse février-avril.

En conclusion

Pour finir, je vous conseille sans hésiter cette destination. Il faut y aller, c’est certainement l’une des plus belle de tout Madagascar et l’une des plus remarquable dans le Trapèze des Mascareignes.

Si vous avez aimé ceta article, cette destination peut vous intéresser.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X